Site informatif sur la résistance thermique
resistance-thermique-1.jpgresistance-thermique-2.jpgresistance-thermique-3.jpgresistance-thermique-4.jpg

Résistance thermique des matériaux

Résistance thermique des matériaux et isolation

La conductivité thermique et la résistance thermique sont des qualités qui déterminent la performance d’isolation d’un matériau. La conductivité thermique ici représente la manière dont le matériau conduit la chaleur et elle est déterminée par un coefficient appelé coefficient lambda. Cette résistance thermique des matériaux tend donc à montrer la capacité du matériau à résister au froid et à la chaleur (isolation thermique).

Comprendre la performance d’un matériau par sa résistance thermique

La résistance thermique des matériaux est caractéristique de la performance d’isolation thermique du matériau. En effet, elle permet de déterminer la capacité d’un matériau à résister au froid et à la chaleur. Généralement noté R, la résistance thermique varie en fonction de l’épaisseur du matériau et du coefficient de conductivité appelé coefficient lambda. Un matériau isolant par définition est un matériau qui ne conduit pas ou conduit peu la chaleur. Ainsi, plus la résistance thermique (R) d’un matériau est élevée plus le matériau est isolant. Pour déterminer cette résistance thermique, on appliquera la formule résistance thermique égale au rapport de l’épaisseur du matériau sur le coefficient lambda. De ce fait, plus la valeur de l’épaisseur du matériau est importante et celle du coefficient lambda est faible, plus la résistance thermique est élevée et par conséquent, le matériau est un excellent isolant. Le coefficient de conductivité notée λ s’exprime en Watt par mètre et par degrés Kelvin noté W/m.K tandis que l’épaisseur s’exprime en mètres. On aura donc l’unité de la résistance thermique des matériaux en mètre carré kilomètre et par Watt (m2.k/W). Il est important de noter que du point de vue de la pratique, il n’est pas évident de faire une comparaison des résistances thermiques des différents matériaux.

Une résistance thermique des matériaux adaptée à chaque zone d’habitation

La résistance thermique des matériaux est un élément déterminant dans le choix des matériaux d’isolation. En effet, suivant les différentes zones climatiques, le choix de la résistance thermique du matériau variera. Le caractère isolant du matériel est d’autant plus important que sa résistance sera élevée. Par exemple, dans les zones H1, il est préférable de choisir une résistance de 2,9 m2.k/W pour les murs, 6 m2.k/W pour les combles perdus, 6,5 m2.k/W pour les combles d’habitables, 2,4 m2.k/W pour les sols de garage, 1,4 m2.k/W pour les sols sur terre-plein. En zone H2, une résistance thermique de 2,4 m2.k/W correspondra le mieux aux murs, 5 m2.k/W pour les combles perdus, 6,5 m2.k/W pour les combles d’habitables, 2 m2.k/W pour les sols sur garage, 1,2 m2.k/W pour les sols sur terre-plein.

En zone H3, on adoptera plutôt une résistance de 2 m2.k/W pour les murs, 4 m2.k/W pour les combles perdus, 6 m2.k/W pour les combles habitables et 1,5 m2.k/W pour les sols sur garage. En plus de la zone climatique, le matériau qui porte la certification ACERMI (association pour la certification des matériaux isolants) garantit l’efficacité de l’isolant. Ce label décerné par le CSTB résume l’efficacité et la qualité de ces isolants en six critères donnés par le sigle RISOLE (résistance thermique, incompressibilité, stabilité des dimensions, comportement à l’eau, limites des performances, comportement au transfert de la vapeur). Suivant le comportement du matériau au feu, vous aurez les indications suivantes : M4 (facilement inflammable), M3 (moyennement), M2 (difficilement inflammable) et M1 (non inflammable). Que l’isolant soit de la laine de verre, des panneaux en polyuréthane, du béton cellulaire, des briques, du chanvre ou un isolant synthétique par exemple, il est important de porter son attention sur la certification NF de l’isolant, garant de sa qualité et de son respect des normes de résistance en France. Le choix des isolants résistants aux variations thermiques devra ensuite prendre en compte les espaces à isoler, tels que les murs, les cloisons, les planchers, les bardages ou la toiture, par exemple.

Faites-nous part de vos commentaires ou questions